La guerre des Clans Warriors - Forum RPG

© Thème Estival 1 par Bright et Spirit| PA installée par Bright | Règlements, HDC, EVENTs et formulaires par le staff de LGDCW, tout plagiat partiel ou total strictement interdit.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mon rp déprimant

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Mon rp déprimant    Mer 16 Jan - 8:52

La vitre était froide et le vent venait s'y écraser. À travers la vitre, je voyais les feuilles virevoltant sans âme pour se poser avec délicatesse sur le sol à une dizaine de mètres de l'arbre qui se dressait au milieu du parking vide. Le chaîne était sans vie, sans feuilles.

J'aimais regarder ce spectacle qui ressemblait étroitement à la vie. Les feuilles avaient vécu toute l'année et maintenant elles tiraient leur révérence. Cette scène, je la regardait à chaque fois que j'étais dans ma chambre. Elle me donnait envie de suivre ces feuilles jusque leur mort. Je ne me rendait pas conte du temps qui passait. Je restait des heures à contempler ces feuilles qui avaient chaque une des couleurs différentes. Elles vivaient chaque une à leur façon, pourtant elles avaient vu le jour en même temps et elles allaient toutes finir allongées sur le sol.

Cette nuit là, j'avais fait ce même rêve qui me hantait. Je me retrouvais derrière mon père avec la tête posée contre la vitre de la voiture. J'observais les étoiles et la lune. J'entendais mes parents discuter de la vie avec passion, de leurs projets. Puis, une puissante lumière blanche surgit de nul par vient s'écraser contre notre voiture. Propulsée contre mon siège, je vis mes parents déployés leurs ailes et prendre leur envole en me laissant seule dans le noir de la nuit. Je les observais sans vie sûr le sol. Dans ma poitrine, mon coeur mis la vitesse supérieur et j'eus de la peine à reprendre mon souffle. Je me sentais lourde et clouer contre le bitume. J'entendais vaguement le vacarme que causaient les voitures. Mes yeux ne voyaient plus que ma mère et mon père une main dans l'autre. Puis, le noir...la peur...la solitude. Je me sentais partir...

Dans une grande inspiration, j'ouvris les yeux. Il était 5 heure 30 et comme chaque nuits depuis deux semaines, je pris mes genoux entre mes bras et je me mis à pleurer. Personne n'entendait mes pleures qui ressemblaient étroitement à des appels au secours. Puis comme un rituel, je reprenais ma respiration, je séchais l'eau salé qui étaient présente sur mes joues, je reposait ma tête sur l'oreiller et je me remettais à verser des milliés de larmes. Le réveille sonna comme chaque matin à 7 heures moins 10 et comme chaque matin après avoir ouvert les stores je regardai cet arbre joyeux en été mais triste en hiver.

Ce matin-là, il ne restait plus qu'une dizaine de feuilles. Après ma douche, je pris mes habits et mis ma chemise. Je n'avais plus d'énergie. Je me santais seule sur le chemin de l'école, seule avec les arbres et les feuilles mortes, étrange pour une jeune fille de quinze ans d'avoir personne pour compagnie. En cour, ma solitude était plus prononcée. Je m'étais détachée de mes amies depuis mes rêves, depuis l'hiver. Chaque hiver, je restais seule, particulièrement cette année. Ne me demandé pas pourquoi. Je ne le sait pas... Enfin si je le sait. Dans mon silence j'avais gardé ce secret. Je savais pourquoi je coulait. Je savait pourquoi chaque jour s'assombrissait ou plus tôt à cause de qui... Je voyais toujours son visage plein de haine. Je sentais toujours son corps contre le mien, ses coups sans âme. J’entendais toujours sa voix grave, ses cris puissant. J'avais peur de le voir, pourtant je le cherchais toujours... Je me remémorais tout le temps cette scène noires, ces actes sombres. Je me détruisais petit à petit. Je m'enfermais dans une prison sans couleurs, sans odeurs. J'avais beau pas y penser, cette image me restait en mémoire comme gravé à jamais dans mon esprit. Je le voyais me narguer. Il était là... dans chaque recoin....
Mes professeurs avaient surement remarqué que je m'éloignais des autres mais ils ne disaient rien. Ils ne fessaient rien pour me sortir de là, de ce cauchemar dont la fin serait peut-être encore loin. Ils ne voyaient pas que mes sourires cachaient des larmes, que mon maquillage cachait ma fatigue. Ils ne devinaient pas que ma main attendait celle d'un autre près à me soulever, que la perche que j'essayais de leur tendre tombait de plus en plus. Ils n’apercevaient pas ces regards apeurés qui se perdaient derrière les portes...

Cet journée fut longue, sans personne, sans chaleur. Je ne pouvais imaginer une vie sans lui, sans cette haine, sans ces larmes, il avait à tout jamais brisé ma vie, mes rêves... Ces rêves qui aujourd'hui sont devenus cauchemars... Comment un homme ni beau ni moche avait rendu ma vie si triste si sombre ? Comment un être humain pouvais avoir autant de rage envers une personne inconnue ? Comment avait-il put me faire mal autant sûr mon corps que dans mon âme ? COMMENT... ??? Je me sentais de plus en plus mal, mais je savais, je savais que je devais parler... à qui... les mots me manquaient... Depuis ma petite chambre au septième étage, je regardais au loin. Je regardais cet arbre, son tronc, ses feuilles. Je repensais à cet homme, ses actes, cet nuit. Je revivais ce cauchemar. Comment en finir... avec cette peur, cette souffrance... avec cette vie...? Trois, oui trois, il restais trois feuilles sur le chaîne. La quatrième venait de se décroché, elle tombait si vite et si lentement à la fois. Elle avait la grâce d'une danseuse s'envolànt dans son seau, l'élégance d'un oiseau planant dans le ciel. Elle était belle... Une larme... deux... trois... Une respiration... deux... trois... Puis la troisième tomba emportée dans une rafale. "Aller...respire...te laisse pas partir...pas à cause de lui...recule..." dans ma tête ces mots se bousculèrent mais mon corps en fit autrement. Au bord de la fenêtre, je vis partir la deuxième feuilles dans son dernier souffle. Elle resta volant dans les aires que quelques secondes avant de s'écraser contre le capau d'une voiture, de la seule voiture. Je repris ma respiration et dans un élan je sautai. En même temps, la dernière feuille pris la route. Comme moi elle vivait ses derniers instants et comme moi elle vit sa vie défilé devant elle. Moi je vis l'homme qui m'a tué d'une simple nuit. Cet homme d'une quarantaine d'années qui m'a fait passer de l'autre côté. Cet homme qui a brisé la loi juste un soir. Cet homme qui a utilisé son charme sur une mineure...

Comme elle je me déposa sur le sol, comme elle je fermai les yeux pour toujours, comme elle j'avais dit adieu à la vie..


Texte placé sous copyright. Auteur: Rayon de Lune. Tout plagiat ou rediffusion strictement interdite.

Excuser moi pour l’orthographe...


Dernière édition par *Rayon de Lune* le Lun 18 Mar - 19:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mon rp déprimant    Ven 22 Fév - 11:40

- Orthographe> non comptabilisé

- Grammaire 1,5/2
Quelques fautes, mais sinon, c'est excellent Wink

- Inventivité 3/3
J'ai vraiment adoré ton histoire. Je ne pouvais pas en détacher mes yeux, car je mourrais d'envie de savoir ce qui rendait la fille malheureuse, et le fait qu'on ne le sache qu'à la fin, c'est un excellent point ^^

- Taux de déprime 3/3
A nouveau, les larmes aux yeux.

- Construction du texte 1/1
Si-si! Tranquille! Très bonne construction, aucun accroc.

Conclusion:
Tu m'as transmis une véritable émotion. On pressentais la tristesse de la jeune fille, c'était incroyable. Tu m'as ému au même titre que Félie; vous devriez faire des RPs ensemble! Vos deux styles concordent à merveille!
Tu termines donc avec une note de: 8,5/9 soit ~~> 9,5/10
Tu es leader avec Félie!
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mon rp déprimant    Ven 22 Fév - 16:42

Tu semble jouer avec les mots, tu les manient avec force.

C'est magnifique !!

Une fois encore, je suis parfaitement d'accord avec Tony Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mon rp déprimant    Ven 22 Fév - 17:38

Bravo ! Pas lu, la flemme et pas envie de devenir suicidaire ! :O
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mon rp déprimant    Lun 18 Mar - 19:15

Merci à vous je m'excuse pour l'orthographe mais je suis "handicapée" -> je suis dis-lexique-dis-orthographique
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mon rp déprimant    Mar 19 Mar - 22:06

Très joli texte (joli dans le sens de joliment déprimant . Pour faire court: on se comprend ) Tu as mérite ta bonne note /xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mon rp déprimant    Mer 20 Mar - 14:48

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon rp déprimant    

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon rp déprimant
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre des Clans Warriors - Forum RPG :: Flood :: Flood :: Concours-
Sauter vers: